Eugénie Lefebvre, Mélodie Ruvio & L’Escadron Volant de la Reine

RÉCITAL

MERCREDI 10 AOUT 21H

Eugénie Lefebvre Mélodie Ruvio L’Escadron Volant de la Reine

Eugénie Lefebvre – soprano
Mélodie Ruvio – contralto

L’Escadron Volant de la Reine :
Marie Rouquié & Josèphe Cottet – violons
Benjamin Lescoat – alto
Antoine Touche – violoncelle
Sanne Deprettere – contrebasse
Clément Geoffroy – clavecin et orgue

Œuvres de Durante, Porpora, Scarlatti et J. S. Bach
(Psaume 51/BWV 1083)

Du Stabat au Miserere
Durante, Porpora, Scarlatti, J.S. Bach

Lors de son séjour à la cour de Weimar de 1708 à 1717, Bach compose l’essentiel de son œuvre pour orgue et de sa musique religieuse. C’est aussi à ce moment qu’il découvre la musique italienne et notamment les concerti de Vivaldi. Bach s’y intéresse de très près et réalise de nombreuses transcriptions, comme en témoigne son adaptation du concerto pour quatre violons de Vivaldi RV 580 en concerto pour quatre clavecins BWV 1065 et d’autres concerti pour violon transcrits pour le clavecin ou pour l’orgue. Bach emprunte aussi pour les insérer dans ses propres compositions des thèmes de maîtres tels Legrenzi, Corelli, Albinoni, Bonporti, Frescobaldi…

Il ne cessera jamais de copier ou de faire copier par ses élèves la musique d’autres auteurs, pour des raisons pédagogiques certainement mais aussi pratiques : varier le répertoire de ses lieux de culte, tout en allégeant, vers la fin de sa vie, sa charge de travail pour les services religieux.

Dans les années 1740, Bach rend hommage à Pergolèse, le jeune musicien napolitain mort quelques années plus tôt, en reprenant la musique de son Stabat Mater. Cette œuvre maintenant fort célèbre avait aussi connu un succès fulgurant dans toute l’Europe dès sa création en 1736. Le Cantor de Leipzig remplace le texte latin du Stabat Mater par le texte luthérien du psaume 51 “Tilge, Höchster, meine Sünden”. Il modifie également la musique, développant considérablement la partie d’alto. Le contrepoint se densifie et laisse l’emprunte du génie allemand dans ce cadre italien. Nous avons choisi d’intégrer à ce programme des œuvres d’autres napolitains connus de Bach : Durante, Scarlatti et Porpora, tous élèves ou professeurs au même conservatoire, le Conservatorio dei Poveri di Gesù Cristo.

PROGRAMME :

Francesco Durante (1684-1755) :

. Concerto pour cordes n°1 en fa min

J.S. Bach (1685-1750) :

Psaume 51 : Tilge, Höchster, meine Sünden, BWV 1083, Versus 1 à 9

Nicola Porpora (1686-1768) :

Sinfonia da camera op. 2 n°5 en Mi mineur

J.S.Bach (1685-1750) :

Psaume 51 : Tilge, Höchster, meine Sünden, BWV 1083, Versus 10 à 11

Alessandro Scarlatti (1660-1725) :

Sinfonia a quattro senza cembalo en do minj.s. bach

J.S. Bach (1685-1750) :

Psaume 51 : Tilge, Höchster, meine Sünden, BWV 1083, Versus 12 à 14

BIOGRAPHIES 

Eugénie Lefebvre – soprano

Lauréate au Concours international de musique baroque de Froville en 2013, Eugénie Lefebvre fait ses études au Centre de Musique Baroque de Versailles, puis à la Guildhall School de Londres. Elle participe aux productions de Castor et Pollux de Rameau, Médée de Charpentier, Hippolyte et Aricie de Rameau, Le Bourgeois Gentilhomme de Lully, Le Couronnement de Poppée de Monteverdi (Néron), Actéon de Charpentier (Aréthuse), Le Pouvoir de l’Amour de Pancrace Royer (Imagination/Hersilie), Les Amants Magnifiques de Lully (Caliste), La Descente d’Orphée aux Enfers de Charpentier (Aréthuse), Cadmus et Hermione de Lully (Hymen), Les plaisirs de Versailles de Charpentier (La Conversation).

Elle se produit en concert avec le Concert d’Astrée, les Arts Florissants, l’ensemble Pygmalion, l’ensemble Correspondances, l’ensemble la Rêveuse, l’ensemble Sagittarius, Les Symphonistes, Le Poême Harmonique et l’Académie für Alte music de Berlin. Elle collabore aussi régulièrement avec de jeunes ensembles tels que L’Escadron Volant de la Reine et l’ensemble Les Surprises.

 

Mélodie Ruvio – contralto

Mélodie Ruvio a étudié au CNR de Paris dans la formation du Jeune Choeur de Paris créée par Laurence Equilbey. Affectionnant tout particulièrement le répertoire baroque, elle interprète de nombreux rôles, tels Phébée dans « Castor et Pollux » de Rameau avec l’Ensemble Ausonia. De 2012 à 2013, elle chante les rôles de Fedra et Venere dans « Egisto » de Cavalli avec Le Poème Harmonique. Elle est également soliste dans « Via Crucis » de Liszt, lle « Requiem » et les « Vêpres Solennelles d’un Confesseur » de Mozart, la « Passion selon St Matthieu », la « Passion selon St Jean » et la « Messe en si » de Bach, le « Gloria » et le « Nisi Dominus » de Vivaldi, et de nombreuses cantates de Bach sous la direction de chefs tels Françoise Lasserre, Rinaldo Alessandrini, Jérôme Correas, Marc Minkowski, Michael Radulescu

 

L’Escadron Volant de la Reine

L’Escadron Volant de la Reine désigne les dames de compagnie recrutées par Catherine de Médicis. Elles étaient chargées de pacifier les relations humaines au sein des cours européennes. Ce nom évoque une organisation non hiérarchisée, alliant rigueur et fantaisie, deux qualités qui tiennent à cœur aux musiciens de l’ensemble. Premier Prix et Prix du public du Concours International du Val-de-Loire (2015, président de jury William Christie) et lauréat de l’International Young Artists Presentation 2013 d’Anvers (Belgique), l’Escadron Volant de la Reine est créé à l’initiative du violoncelliste Antoine Touche.

L’ensemble s’est produit dans différents festivals : un Automne à Limur (Vannes), Festival de Pâques (Deauville), les Jeudis Musicaux de la Chapelle Royale (Versailles). L’Escadron Volant de la Reine est en résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2012. Un premier CD, consacré aux Lamentations de Jérémie mises en musique par Alessandro Scarlatti, Gaetano Veneziano et Cristofaro Caresana, est sorti en avril 2016 chez Evidence Classics