Café-Bach I Autour des Suites pour violoncelle

Pour éclairer le concert des Timbres donné l’après-midi, Vincent Bernhard explore la figure de Dietrich Buxtehude, que Bach admirait tant. L’œuvre instrumentale de Buxtehude reste encore largement méconnue. Inclassables, ses sonates en trio sont à la croisée des chemins : influences italienne et française, tradition germanique, stylus phantasticus, elles sont multiformes et d’une variété exceptionnelle. Vincent Bernhardt tentera d’aborder ces sonates par le prisme de l’art rhétorique, si cher aux musiciens baroques allemands, afin d’éclairer le langage si personnel de Buxtehude et son influence prépondérante sur le jeune Bach.