XXIIe Festival Bach en Combrailles

Souvenons-nous : l’année dernière, nous clôturions l’édition anniversaire des vingt ans du festival sur un formidable pas de côté : la création mondiale de la cantate Nun Komm de Philippe Hersant. Cette création contemporaine fut largement saluée pour son audace, car placée au cœur d’un projet artistique que nous avons toujours voulu fidèle à l’œuvre de Bach.

L’époque que nous traversons se manifeste par un pragmatisme lénifiant. Nous devons retrouver cette aspiration aux utopies, aux projets qui nous dépassent, qui bousculent, qui interrogent. La « réalité » semblerait nous ramener sur terre. Oui, cette triste réalité budgétaire qui prend le pas sur nos rêves. L’histoire de ce festival, de cet orgue, de cette cantate, c’est le rêve devenu réalité. Le festival a toujours été clair sur son identité et a toujours assumé ses choix et sa ligne : c’est précisément ce que le public vient chercher à Bach en Combrailles.

Alors, cette année encore, nous reprendrons notre bâton de bachien passionné pour rejoindre ces beaux paysages des Combrailles. Il est sans doute naturel pour beaucoup d’entre nous d’associer la musique de Bach à cette nature des Combrailles. Et si l’enjeu environnemental n’était-il pas aussi un enjeu sur la beauté ? L’art et la nature donnent des réponses évidentes à ces questions centrales. Dans les Combrailles et avec Bach, c’est l’espace-temps idéal pour réfléchir à ces questions essentielles qui nous bousculent tous.

Si vous êtes de plus en plus nombreux à venir nous retrouver, c’est bien pour cet oasis artistique. Cette année encore, l’œuvre de Bach se livre à nous sans compromis : cantates avec le Banquet Céleste, immersion dans les racines de l’œuvres de Bach avec les deux concerts des Timbres et le Café Bach de Vincent Bernhardt, intégrale des Motets, version primitive de la Messe en Si et Magnificat avec Vox Luminis… Sans oublier la première intégrale des Suites pour violoncelles proposée par Elena Andreyev, les récitals de Pierre Hantai et d’Adam Laloum ainsi que les auditions d’orgue.

Cette année, nous inaugurons un nouveau stage de chant choral en étroite collaboration avec le Chœur régional d’Auvergne. Sous la direction de Blaise Plumettaz, vingt choristes de toute la France sont attendus pour une immersion dans la musique allemande. Nous les retrouverons en compagnie de l’Orchestre national d’Auvergne ainsi que lors d’une audition.

Enfin, je suis heureux de vous présenter Najar, auteur en résidence d’écriture pendant la semaine du festival. A l’issue d’un festival nous gardons tous des souvenirs et des images, mais nous n’avons pas de « mots ». Najar s’efforcera dans une chronique quotidienne de mettre en poésie notre festival. Il sera là auprès de nous, il écoutera, il sera comme un capteur d’émotions, de discussions. A vous de vous livrer à lui sur ce que vous venez trouver au fil des concerts, à lui de sentir ce qui se vit ici. Chaque jour de la semaine, la Chronique du festival sera à votre disposition !

Dans l’impatience de vivre ces rêves,

Vincent Morel,
directeur artistique du festival Bach en Combrailles

Avec Cécile Dutour,
présidente du Festival Bach en Combrailles,
& toute l’équipe du festival.

Festival 2020

Clôture du festival 2019, XXe anniversaire et création mondiale de la cantate de Nun Komm de Philippe Hersant